Trekking et nuitée chez l’habitant à Sapa: Notre expérience hors des sentiers battus (Partie 1)

Dans les posts précédents, vous trouverez des informations utiles sur Sapa et ses environs, comment s’y rendre et où dormir. Aujourd’hui, cependant, je vais vous parler de l’expérience de ma famille d’accueil et du trekking que j’ai fait à Sapa. Bonne lecture à vous!

Arrivée à Sapa

Au milieu de la nuit, nous arrivons à Sapa. Lorsque les lumières du bus s’allument, il est 6 heures du matin, et peu de temps après, nous sommes dehors dans le froid avec nos sacs à dos. Des femmes de la région attendaient déjà des touristes pour leur proposer des visites. Nous décidons de chercher ensuite un endroit pour prendre le petit déjeuner jusqu’à ce qu’il devienne le jour. Nous trouvons un bar, où nous nous régalons d’un café vietnamien, que nous aimons maintenant, et passons du temps à discuter avec un autre touriste américain. Lorsque nous sortons, nous devons simplement faire quelques pas avant que les femmes Hmong nous offrent un séjour chez l’habitant, ce que nous acceptons. Notre guide est un indigène. Avant de partir, il nous emmène au marché de Sapa pour le petit déjeuner.

Le trekking à Sapa commence immédiatement par une montée raide. Après plus d’une heure, nous arrivons dans un bel endroit panoramique, d’où nous pouvons admirer Sapa d’en haut. En continuant, nous rencontrons des gens qui transportaient du bois. Les branches sèches sont chargées sur des scooters ou transportées dans des paniers, qui sont portés comme des sacs à dos. Les hommes et les femmes partagent le travail.

A midi, nous atteignons une maison où des groupes de touristes s’arrêtent pour manger. Pendant que nous attendons notre riz, un groupe de petites filles nous entoure, essayant de nous vendre des bracelets en tissu coloré. Leur stratégie est de vous entourer et de pleurnicher jusqu’à ce que vous passiez à la compassion. J’en ai acheté quelques-uns, même si après avoir sorti mon portefeuille, les gémissements se sont intensifiés. Malgré moi, je dois les renvoyer en écartant les bras et en montrant clairement que c’était suffisant, avec un peu de méchanceté. C’est un effet négatif du tourisme qui encourage les enfants à vendre aux touristes au lieu d’aller à l’école…

Après le déjeuner, nous continuons sous un soleil agréable. Au début d’après-midi, nous apercevons les premières rizières en terrasses à travers une légère brume. En décembre, le paysage n’est pas une carte postale avec des terrasses d’un vert éclatant. La récolte a eu lieu en septembre et il ne reste plus que les restes de plantes sèches et de sols boueux. Néanmoins, la vue est à couper le souffle! Certaines terrasses sont remplies d’eau et reflètent la lumière du soleil, créant un scintillement éblouissant. En savoir plus sur les voyages hors de sentiers battus au Vietnam)

Une nuit dans une famille d’accueil à Sapa

Encore deux heures sous le ciel de Sapa et nous arrivons au village H’Mong noir. À la maison, il y avait des enfants avec leur grand-mère. Ils ne nous considèrent pas du tout. Un peu confus, jetons un œil à la pauvre maison où nous dormirons ce soir. Il est fait de bois et de tôle, le sol est en béton, il n’y a pas de fenêtres ni de meubles, mais la télévision ne manque pas. Autour de la maison il y a des stocks de bois, une clôture avec des cochons.

Nous rencontrons des autres touristes. Ils passent la nuit dans un magnifique chalet en bois qui sent bon le neuf, construit spécialement pour les touristes (pas vraiment le vrai concept de chez l’habitant). Ils jouent avec un groupe d’enfants qui aiment lancer des pierres contre des canettes qui planent sur des pierres. Beaucoup d’enfants sont mal habillés, certains sans chaussures, d’autres avec leurs culs dans le vent. Le nez qui coule, les visages sales. Mais ils arrivent à s’amuser et sourient. Un peu plus loin, il y a un beau bâtiment, l’école. Un groupe d’autres enfants sont rassemblés dans la cour.

Rentrons à la maison avant la nuit. Pour le dîner, les membres de la familles préparent des rouleaux de légumes, enveloppés dans du papier de riz. Ils sont frits dans une casserole sur un feu allumé directement sur le sol au centre de la pièce. Nous avons également besoin de soupe au poulet et aux champignons et de riz. Après le dîner, ils nous offrent une boisson ce qu’ils appellent de « l’eau heureuse ».

Après un certain temps, la famille prend sa repose pour la nuit. A 19h30 on se couche aussi, après s’être échauffé un peu près du feu. Le matelas est très fin mais la couverture est lourde. Restant près de nous réchauffer, nous nous endormons presque immédiatement.

Retourner à la page  d’accueil:http://circuitnordvietnam.com

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
trackback

[…] vous avoir raconté l’expérience de ma première journée de trekking chez l’habitant à Sapa, dans cet article je vais parler des souvenirs du […]